Les controverses autour de l’or rouge

« There’s a human in my forest and I don’t know what to do,

he destroyed all of our the trees for your food and your shampoo,

There’s a human in my forest and I don’t know what to do,

he took away my mother and I’m scared he’ll take me too,

There are humans in my forest and I do not know what to do,

they’re burning it for palmoil, so I thought I’d stay with you … »

Raconté par la voix d’Emma Thompson (brand ambassador pour Greenpeace) ce texte est extrait d’une vidéo de sensibilisation lancée par Greenpeace dans le cadre de leur campagne #DropDirtyPalmOil. Repris par la chaine de supermarché britannique Iceland foods pour une campagne publicitaire, ce spot a été interdit pour son caractère soit disant trop politique.

L’huile de palme semble être devenu la nouvelle pomme de discorde entre industriels, monde politique et activistes pour l’environnement, étant une bénédiction pour les uns et condamné par les autres. En effet l’huile de palme contribue à une déforestation massive des forêts primaires en Malaisie et Indonésie, principaux pays exportateurs. La boycotter serait donc une solution pour stopper la calvaire forestier ?

« En 2015, 60 millions litres d’huile de palme ont été produites dans le monde. »

A peine utilisé il y a 30 ans, l’huile de palme est devenue l’huile végétale la plus consommé aujourd’hui avec 12 litres par personne et par an. En 2015, 60 litres d’huile de palme ont été produites dans le monde entier. Un rendement 10 fois plus élevé par hectare que d’autres oléagineux comme le soja font de l’industrie de l’huile de palme un nouveau boom, et la demande à l’international a explosé : Plus de 80% de la production est aujourd’hui utilisée pour l’agro-alimentaire.

En Europe, on l’utilise surtout comme biocarburant bon marché, même si on peut trouver l’huile de palme dans plein d’autres secteurs : Grâce à sa texture crémeuse dans un climat ambiant elle n’est pas seulement facile à transporter, mais aussi l’ingrédient préféré des grandes marques (européennes) pour les produits alimentaires et de beauté. En effet, l’huile de palme donne à la texture des produits un aspect onctueux ou croustillant et améliore la conservation des produits : que du bénéfice ?

« Chaque jour 25 orang-outans meurent à cause de la déforestation »

Si seulement c’était aussi simple que ça …. L’huile de palme, ça rime aussi avec déforestation, pollution atmosphérique, violation des droits de l’homme, corruption et disparition d’espèces, dont celle qui est le plus proche de l’humain, l’orang-outan. Selon Greenpeace, chaque jour 25 orang-outans meurent à cause de la destruction de leur habitat naturel, la forêt tropicale. En 2015, une surface aussi grande que 13 000 hectares, soit 13 fois la taille de Paris, a été détruite par les multinationales qui fournissent l’huile de palme aux grandes multinationales agroalimentaires et cosmétiques. Les premiers à en souffrir, après la flore et la faune, sont finalement les populations locales.

Tout cela pour qu’en France, nous pouvons profiter d’une pâte à tartiner onctueuse et bon marché tous les matins ? La société civile appelle à un boycott des produits utilisant de l’huile de palme. Et pourtant ce n’est pas qu’avec la campagne de sensibilisation de Greenpeace que le grand public a pris conscience des cotés noirs du business de l’huile de palme. Des groupes Facebook autour de ce sujet comme « stop à l’huile de palme » pullulent, les vidéos choquantes d’orang-outans mourants dans les brulis qui précèdent les plantations submergent le net. Faut-il donc avoir une mauvaise conscience, à même de renoncer à plein de produits qui sont depuis le temps devenus des habitudes quotidiennes ?

48364470_2215604052011245_1291946885854003200_n

« Au lieu de tout simplement boycotter, il faut inciter les producteurs à produire plus durablement »

En boycottant l’huile de palme vous ne vous priverez pas seulement de nombreux produits, mais vous encourageriez surtout que l’huile de palme serait revendue à des clients encore moins soucieux de sa durabilité ! Selon la société française pour une huile de palme durable, un tel comportement pourrait même avoir des effets négatifs et n’apporterait pas un changement dans le bon sens. La meilleure solution serait d’inciter les producteurs à produire durablement, de changer leurs méthodes et cesser la déforestation. Qu’est-ce que cela veut dire concrètement ? Plutôt que de ne plus acheter de pâte à tartiner chocolat noisette, guettez des produits alternatifs avec le logo RSPO, de la table ronde pour l’huile de palme plus durable ! Actuellement des produits portant ce logo font 25 % du marché en France, entre temps même des multinationales comme Unilever et Ferrero s’y sont mis, dans le souci de regagner les consommateurs sceptiques et d’améliorer leur image de marque.

Un pas dans la bonne direction, même s’il reste compliqué pour le consommateur de s’y retrouver. En effet, un logo vert indique désormais le niveau de durabilité de l’huile de palme parmi les trois niveaux suivants : Premièrement « book and claim ». Dans ce cas les producteurs achètent des certificats pour soutenir la production de l’huile de palme durable, tout en continuant une production conventionnelle. Le logo « mass balance » indique, que les producteurs utilisent un mélange d’huile de palme durable et conventionnel. Enfin, le troisième logo, « certified » garantit une identité préservée de l’huile de palme qui est vérifiée par un certificateur indépendant. Certainement un pas dans la bonne direction, même s’il reste compliqué pour le consommateur de s’y retrouver. En effet, le même sigle est utilisé pour les trois cas, seulement la mention écrite change. S’agit-il donc seulement d’un simple instrument de greenwashing des grandes multinationales afin d’améliorer leur image et mettre en avant leurs actions pour l’environnement ? C’est pourquoi les ONGs comme Greenpeace poussent à une mise en place d’un cahier de charge lus efficace et la révision des critères de ce logo.

48385859_325495148174052_56920930990948352_n

L’huile de palme – énergie verte pour les transports en Europe ou facteur d’émission accrue de gaz à effet de serre ?

L’UE, un des premiers consommateurs d’huile de palme avec une importation de 4,37 tonnes de l’Indonésie en 2016 est donc dans la meilleurs position pour changer la donne. Pourtant, l’Union européenne mène un double discours à ce propos : Tandis que le marché européen est assoiffé d’huile de palme, le Parlement européen réclame l’interdiction de biocarburants issus de cet oléagineux redouté. En effet, ce (bio-) carburant bon marché est controversé : accusé de favoriser la déforestation en Indonésie et Malaisie, il provoquerait également la concurrence déloyale en Europe, comme par exemple au biodiesel français (tournesol et colza) à cause de son tarif trop bas, dû aux rendements exceptionnels et la main d’oeuvre bon marché dans ses pays de production.

Face à ces inquiétudes, l’UE a réagi plus tôt cette année. En effet, les États membres de l’UE et le parlement européen ont trouvé un accord sur la directive révisé d’énergies renouvelables. L’objectif de 32% d’énergies renouvelables et une élimination complète de l’utilisation de l’huile de palme dans les transports doivent être atteint d’ici 2030, mettant en danger les bonnes relations commerciales entre l’UE et les pays exportateurs, qui regardent d’un oeil inquiet les décisions prises par l’UE.

En attendant, la campagne de Greenpeace #DropDirtyPalmoil a été un succès. Wilmar, le géant international qui concentre 40% de la production d’huile de palme pour le secteur de cosmétiques a annoncé un plan d’action détaillé pour cartographier et surveiller ses fournisseurs d’huile de palme.

Vous aussi, incitez les producteurs à se tourner vers une huile de palme #zérodéforestation en privilégiant une huile de palme plus durable lors de vos courses ! Faites attention à la mention « certified » sous le logo RSPO de l’huile de palme durable.

Sophia Braun

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s