Afin de faire entendre la voix des plus démuni.e.s victimes des dérèglements climatiques à travers le monde, Oxfam a décidé de participer aux débats autour de la COP21. Armelle Le Comte, chargée de plaidoyer sur les questions climatiques au sein de l’ONG, nous parle de leur action.

Oxfam France est membre de la confédération Oxfam, une organisation internationale de développement qui mobilise le pouvoir citoyen contre la pauvreté. Elle travaille dans plus de 90 pays afin de trouver des solutions durables pour mettre fin aux injustices qui engendrent la pauvreté. En plus d’actions humanitaires, Oxfam mène en France des campagnes de mobilisation citoyenne et de pression sur les décideurs politiques.

Armelle, pouvez-vous préciser votre rôle au sein de l’ONG ?
Armelle Le Comte: En tant que chargée de plaidoyer sur les questions du climat et des énergies fossiles, je défends les positions d’Oxfam auprès des décideurs politiques et des entreprises afin d’influencer leurs décisions et leurs stratégies. Je porte aussi nos messages sur ces questions dans les médias afin de mieux faire connaître notre travail. Les principaux dossiers que je suis cette année sont les négociations climatiques en vue de la COP21 à Paris, et le rôle de la France dans le secteur du charbon via les entreprises publiques EDF et Engie (ex-GDF Suez).

En quoi Oxfam peut-elle agir dans le cadre de la COP21 ? Que défendez-vous ? Quelles sont vos attentes ?
Le Compte: En tant qu’ONG de développement, Oxfam porte la voix des populations les plus pauvres, qui sont aussi les plus touchées par les conséquences désastreuses du changement climatique : sécheresses, inondations, tempêtes, montée des eaux etc. La multiplication des événements climatiques extrêmes fragilise les communautés et aggrave la situation de faim dans le monde.
La COP21 – qui doit aboutir à un accord universel s’appliquant à tous les Etats – doit répondre aux préoccupations des pays les plus pauvres : limiter à 2°C le réchauffement de la planète afin de limiter les impacts du changement climatique, ce qui implique de réduire de manière drastique les émissions de gaz à effet de serre, mais aussi d’aider les pays en développement à s’adapter en les aidant financièrement. En 2009, les pays riches s’étaient engagés à mobiliser 100 milliards de dollars par an d’ici à 2020. Or six ans après, le compte n’y est toujours pas. Présidente de la COP, la France doit se poser en leader et ne pourra pas faire l’économie d’une nouvelle contribution financière avant cette conférence.

Quel est le rapport entre lutte contre le climat et pauvreté ?
Le Compte: le changement climatique fait peser une menace réelle sur les progrès accomplis depuis plus de 50 ans dans la lutte contre la pauvreté, notamment contre la faim dans le monde. Les phénomènes climatiques extrêmes ont des effets dévastateurs pour les petits agriculteurs et impactent directement la sécurité alimentaire : diminution des rendements agricoles, risque de flambée des prix alimentaires. D’ici à 2060, jusqu’à 400 millions de personnes pourraient ainsi être confrontées à de graves crises alimentaires dans les pays les plus pauvres.

Quelle est votre manière de procéder pour porter vos idées ? Pouvez-vous expliquer à nos lecteurs en quoi consiste le plaidoyer ?
Le Compte: le plaidoyer, ou lobbying, consiste à influencer les décideurs politiques et économiques en leur présentant des alternatives réalistes et des solutions concrètes. De la diplomatie, en fait ! Cela implique de faire des recherches, d’écrire des rapports pour présenter nos positions et nos demandes.

Quels sont vos interlocuteurs ?
Le Compte: les parlementaires, afin de discuter des enjeux d’une loi – comme cette année, la loi sur la transition énergétique – les conseillers des cabinets ministériels, l’équipe de négociations de la France mais aussi les entreprises. Je travaille aussi en collaboration avec d’autres ONG comme les Amis de la Terre ou le Réseau Action Climat pour renforcer nos messages auprès des décideurs.

À quelques mois de la COP21, quel est votre point de vue sur l’évolution des négociations ?
Le Compte: les négociations ont pour le moment avancé très lentement. Malgré plusieurs sessions à Genève et à Bonn, en amont de la COP, on n’a pas encore de clarté sur l’accord de Paris. Les pays sont encore réticents à dévoiler leur jeu mais les choses progressent sur certains dossiers. Sur la question très sensible des financements, les pays en développement ont ainsi fait une proposition de texte commune, ce qui devrait permettre d’ouvrir des discussions plus franches. Il faut savoir que les négociateurs sont des experts techniques, ils ont donc besoin que leurs responsables politiques – chefs d’Etat, ministres – prennent les décisions pour ensuite négocier. Plusieurs événements vont rythmer l’automne et devraient contribuer aux discussions : l’Assemblée générale de l’ONU en septembre, la réunion des ministres des finances en octobre, le G20 en novembre…

À ce stade, estimez-vous que le gouvernement français agit dans le bon sens pour cette conférence ?
Le Compte: la France a mobilisé son appareil diplomatique pour faire de la conférence une priorité cette année. Mais au-delà des négociations internationales, la France doit se montrer exemplaire sur le plan national : elle doit d’abord mettre fin à tout soutien public au secteur du charbon. Les entreprises EDF et Engie, dont l’Etat est actionnaire principal, possèdent encore 46 centrales à charbon à travers le monde et prévoient d’en construire d’autres. L’Etat doit peser dans les décisions de ces deux entreprises pour qu’elles cessent leurs investissements climaticides. Le gouvernement français doit en outre adopter une taxe sur les transactions financières en Europe (avec 10 autres pays) dont la majeure partie des recettes devra aller à la lutte contre le changement climatique et les grandes pandémies.

Propos recueillis par Elise MOYOU

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s