Il faut défendre l’Adriatique face aux enjeux énergétiques : ne laissons pas les plateformes pétrolières défigurer le littoral.

Beauté sauvage, plages de rêve, îles paradisiaques, l’Adriatique inspire tout sauf les hautes plateformes d’exploitation énergétique présentes sur son littoral. Loin des clichés, cette mer représente un investissement important pour les pays issus de l’ex-Yougoslavie qui veulent stimuler leurs économies et qui aspirent à l’indépendance énergétique, et au premier rang desquels se trouve la Croatie. Elle dispose de 1700 kilomètres de côte, soit 74% du littoral adriatique oriental. La Slovénie ne dispose, elle, que de 46 kilomètres de côte, ce qui est source de conflits avec son voisin croate, notamment concernant l’accès aux eaux internationales dans le Golfe de Piran. Le Monténégro aussi cherche à obtenir sa part du gâteau avec ses 295 kilomètres de côte.

L’histoire de l’Adriatique est très ancienne mais son exploitation moderne remonte aux années 1960-1970. Dès 1964, les plans de développement et d’aménagement du territoire ont permis au littoral yougoslave de développer l’industrie et le tourisme. L’Italie et la Yougoslavie avaient déjà pu se rendre compte du potentiel économique de la mer Adriatique en y exploitant les riches gisements fossiles, en particulier le gaz naturel. Dans les années 90, l’ouverture des économies post-yougoslaves à un capitalisme effréné n’a fait que renforcer l’exploitation des ressources naturelles.

Récemment, le gouvernement croate a autorisé pour une durée de cinq ans des prospections au large de la côte adriatique par des compagnies de gaz et de pétrole essentiellement étrangères dont l’Autrichienne OMV ou l’Italienne ENI. Les recherches sur les fonds marins ont permis de découvrir l’existence de gisements de gaz et de pétrole encore plus abondants, ce qui a attiré les compagnies d’exploitation. Toutefois, grâce à une mobilisation accrue et à la baisse des prix du pétrole, deux compagnies pétrolières ont déjà abandonné le projet.

En effet, les organisations écologistes n’ont pas tardé à se mobiliser pour protéger le littoral en dénonçant les risques importants de marée noire et donc de pollution d’autant plus que la mer Adriatique est une mer fermée donc plus beaucoup plus vulnérable. Les écologistes soulignent les conséquences que pourraient avoir la pollution de cette mer sur l’économie du pays entier fondée essentiellement sur le tourisme. De même, les pêcheurs s’inquiètent des éventuelles répercussions sur l’économie locale.

Une campagne nommée « SOS za Jadran » (SOS pour l’Adriatique) a été lancée en 2015 en Croatie. Elle forme un véritable réseau avec des organisations de protection environnementale mondialement connues telles que Greenpeace et WWF ainsi que des ONG œuvrant au niveau national et local. Leur but étant de faire pression sur la décision du gouvernement d’intensifier les prospections et de faire prendre conscience au grand public et aux touristes des dangers que représente l’exploitation pétrolière. Le gouvernement a depuis suspendu certains contrats d’exploitation, une première victoire pour les défenseurs de l’environnement.

Par ailleurs, le gouvernement monténégrin s’intéresse aussi aux gisements pétroliers mais dans une moindre mesure. Une récente étude a montré que ses eaux regorgeaient de l’équivalent de sept milliards de barils. Depuis, le Monténégro se plaît à rêver à un boom économique sur le modèle du Moyen-Orient. Toutefois, le pays a la chance d’être protégé par une déclaration parlementaire datant du 20 septembre 1991 et par sa Constitution, deux textes qui font du Monténégro un pays écologique et donc peu enclin aux forages pétroliers.

Le choix reste politique : l’industrie ou la protection de l’environnement, ou bien des choix alternatifs. Développer une économie verte à travers les énergies renouvelables permettra sans doute de préserver ce joyau maritime européen, à condition d’investir sérieusement et d’avoir le courage politique d’adopter une vision durable du développement économique.

Tina SOKOL

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s